Bibliothèque

Bibliothèque Fernand Braudel

Ouvrira à 10:00

  • Habituels

    • Lundi : 10h - 12h / 14h - 18h30
    • Mardi : 10h - 12h / 14h - 19h30
    • Mercredi : 10h - 12h / 14h - 18h30
    • Jeudi : 10h - 12h / 14h - 19h30
    • Vendredi : 14h - 18h30
    • Samedi : 09h - 17h

450 avenue du Mont d'Arbois
74170 Saint-Gervais

0450935790

La bibliothèque propose aux usagers de plus de 14 ans (via Savoie-Biblio) un accès gratuit à une offre de ressources numériques. Pour bénéficier d'un compte, il suffit d'être titulaire d'une carte d'abonné en cours de validité. Un identifiant et un mot de passe vous seront fournis afin d'accéder aux ressources.

Partager "Ressources numériques" sur facebookPartager "Ressources numériques" sur twitterLien permanent
AccueilSalman Rushdie

Salman Rushdie

 
Salman Rushdie. Source: Wikipedia

Ahmed Salman Rushdie, né le à Bombay, est un écrivain britannique d'origine indienne. Son style narratif, mêlant mythe et fantaisie avec la vie réelle, a été qualifié de réalisme magique. Objet en 1989 d'une fatwa de l'ayatollah Rouhollah Khomeini à la suite de la publication de son roman Les Versets sataniques, il est devenu un symbole de la lutte pour la liberté d'expression et contre l'obscurantisme religieux, principalement dans les médias occidentaux.

Biographie

Parcours

Issue d'une famille aisée, Salman Fredich Rushdie quitte son pays à l'âge de treize ans pour vivre au Royaume-Uni. Il y étudie à la Rugby School puis à King's College, Cambridge. Il travaille un temps comme publicitaire chez Ogilvy & Mather. Sa langue maternelle est l'ourdou, mais la majeure partie de son œuvre est écrite en anglais.

Sa carrière d'écrivain débute avec Grimus, un conte fantastique, en partie de science-fiction qui passe inaperçu de la critique littéraire.

En 1981, il accède à la notoriété avec Les Enfants de minuit (Midnight's Children) pour lequel il est récompensé du James Tait Black Memorial Prize et le Booker Prize. Les Enfants de minuit a plus tard été désigné comme le meilleur roman ayant reçu le prix Booker au cours des 25 puis des 40 dernières années.

En 1983, il est choisi par la revue littéraire Granta pour figurer dans son premier numéro consacré aux « meilleurs jeunes romanciers britanniques », avec Ian McEwan, Martin Amis, Kazuo Ishiguro et Graham Swift.

Après ce succès, Rushdie écrit un roman, La Honte (Shame), dans lequel il décrit l'agitation politique au Pakistan et dont les personnages sont inspirés de Zulfikar Ali Bhutto et du général Muhammad Zia-ul-Haq.

En 1988, la publication des Versets sataniques soulève une vague d'indignation dans le monde musulman.

En novembre 1993, à la suite d'une vague d'assassinats d'écrivains en Algérie, il fait partie des fondateurs du Parlement international des écrivains (International Parliament of Writers), une organisation consacrée à la protection de la liberté d'expression des écrivains dans le monde. L'organisation est dissoute en 2003 et remplacée par l'International Cities of Refuge (ICORN).

Depuis 2000, il vit à New York. Il a acquis la nationalité américaine.

Vie privée

En 1999, il a subi une intervention chirurgicale pour traiter une ptosis affectant ses paupières supérieures qui, selon ses propres dires, lui interdisait de plus en plus d'ouvrir les yeux.

Depuis l'an 2000, il a vécu principalement à New York, non loin de Union Square.

En 2004, il se marie (pour la quatrième fois) avec l'actrice et mannequin indienne Padma Lakshmi. Trois ans plus tard, ils divorcent.

Prises de position

Salman Rushdie a soutenu les sandinistes du Nicaragua et a rejoint le groupe d'écrivains de Harold Pinter opposé à Margaret Thatcher, s'engageant également contre le racisme.

Salman Rushdie s'oppose au projet du gouvernement britannique d'introduire en droit le crime de haine raciale et religieuse, ce qu'il a exposé dans sa contribution La libre expression n'est pas une offense, un recueil d'essais publié par Penguin en novembre 2005.

En juin 2010, il figure parmi les signataires de la pétition en soutien à Roman Polanski lancée au lendemain de l'arrestation du cinéaste en Suisse.

Dans une interview publiée le 8 juin 2017 par Le Nouvel Observateur, il déclare :

« Il faut arrêter l'aveuglement stupide face au djihadisme qui consiste à dire que cela n'a rien à voir avec l'islam,. »

L'affaire des Versets sataniques

La publication des Versets sataniques en septembre 1988 déclenche immédiatement une vive réaction dans la communauté musulmane en raison de sa description jugée irrévérencieuse du prophète de l'islam Mahomet. Le livre décrit un prophète de Dieu nommé « Mahound » qui mélange des « vers sataniques avec le divin ». L’Inde bannit le livre dès le 5 octobre, imitée par l’Afrique du Sud le 24 novembre, puis par le Pakistan, l’Arabie saoudite, l’Égypte, la Somalie, le Bangladesh, le Soudan, la Tunisie, la Malaisie, l’Indonésie et le Qatar les semaines suivantes. Le 14 janvier 1989, le roman est l'objet d’un autodafé à Bradford au Royaume-Uni. Le 12 février, cinq personnes sont tuées par la police pendant une manifestation à Islamabad contre l'ouvrage.

Le 14 février 1989, une fatwa réclamant l’exécution de Rushdie est émise sur Radio Téhéran par l’ayatollah Rouhollah Khomeini, guide de la révolution de l’Iran, dénonçant le livre comme « blasphématoire » envers l’islam. Comme le roman suggère que Rushdie ne croit plus en l’islam, Khomeini le condamne aussi pour apostasie, ce qui, selon l'interprétation actuelle majoritaire d'un hadith, est passible de mort. Khomeini précise que c’est désormais la responsabilité de tout musulman d’exécuter Rushdie et ses éditeurs :

« Au nom de Dieu tout puissant. Il n'y a qu'un Dieu à qui nous retournerons tous. Je veux informer tous les musulmans que l'auteur du livre intitulé Les Versets sataniques, qui a été écrit, imprimé et publié en opposition à l'Islam, au prophète et au Coran, aussi bien que tous ceux qui, impliqués dans sa publication, ont connaissance de son contenu, ont été condamnés à mort. J'appelle tous les musulmans zélés à les exécuter rapidement, où qu'ils les trouvent, afin que personne n'insulte les saintetés islamiques. Celui qui sera tué sur son chemin sera considéré comme un martyr. C'est la volonté de Dieu. De plus, quiconque approchera l'auteur du livre, sans avoir le pouvoir de l'exécuter, devra le traduire devant le peuple afin qu'il soit puni pour ses actions. Que Dieu vous bénisse tous. »

— Rouhollah Musavi Khomeini

À la suite de cette déclaration, une récompense est offerte pour la mort de Rushdie, qui est contraint de vivre dès lors sous une protection financée par les autorités britanniques. Le 24 septembre 1998, le gouvernement iranien annonce officiellement son renoncement à accomplir la fatwa, mais déclare qu'elle ne pouvait être annulée selon la loi islamique. Même si la menace de mort qui pèse sur lui n'est pas pour autant relevée, Rushdie abandonne alors son nom d'emprunt Joseph Anton.

Le 24 février, cinq personnes sont tuées par la police lors d'une manifestation devant le consulat britannique à Bombay. Plusieurs autres personnes sont mortes en Égypte et ailleurs. Des communautés musulmanes organisent des autodafés publics. Des violences sont commises à travers le monde :

  • Attentats contre des librairies à l’université de Californie à Berkeley qui proposait le roman et contre les bureaux de Riverdale Press, un hebdomadaire du Bronx, en réponse à un éditorial qui défendait le droit de lire le livre.
  • Le 11 juillet 1991, le traducteur japonais de Rushdie Hitoshi Igarashi est poignardé à mort à l'université de Tsukuba, province d'Ibaraki, où il enseignait ; son traducteur italien, Ettore Capriolo (it), a été poignardé à Milan quelques jours plus tôt.
  • En octobre 1992, il fait sa première apparition publique depuis la fatwa lancée contre lui, à Helsinki, dans le cadre de l’assemblée annuelle du Conseil nordique, au côté de Bernard-Henri Lévy, qui lui cédera son temps de parole.
  • En 1993, à Oslo, l'éditeur norvégien de Rushdie, William Nygaard, survit de justesse à plusieurs coups de feu.
  • Le 2 juillet 1993, trente-sept personnes sont tuées lorsque leur hôtel à Sivas en Turquie est incendié par des manifestants contre Aziz Nesin, le traducteur turc de Rushdie.
  • Deux ecclésiastiques, saoudien et tunisien, qui avaient dénoncé la fatwa sont abattus à Bruxelles.

Le musicien pop Cat Stevens — converti à l'islam depuis 1977 et ayant pris le nom de Yussuf Islam — déclara être lui-même opposé aux écrits de l'écrivain et ne montrer aucune opposition à la fatwa. La controverse soulevée par cette déclaration le poussa à préciser dans un communiqué qu'il n'encourageait pas personnellement l'application de la fatwa appelant à l'assassinat de Rushdie.

Après la mort de Khomeini en 1989, Rushdie a publié un essai en 1990, De bonne foi, en signe d’apaisement et a publié des excuses dans lesquelles il a réaffirmé son respect pour l’islam.

En 1999, l'État iranien a annoncé qu'il renonçait à appliquer la fatwa, ce qui n'empêche pas l'ayatollah Hassan Saneii, à la tête de la fondation du 15 de Khordad (bonyad-e punzdah-e khordad, soumise à l'autorité du guide de la révolution de l'Iran), de lancer régulièrement des annonces de primes pour la mort de Rushdie. Ainsi, déclare-t-il en 2003 qu'il augmentait la récompense de 2,8 millions de dollars US à 3 millions de dollars US. Le même groupe déclare le 14 février 2006 par communiqué de presse : « La fatwa de l'imam Khomeiny à propos de l'apostasie de Salman Rushdie restera en vigueur éternellement ». En septembre 2012, il porte la récompense pour le meurtre de Salman Rushdie à 3,3 millions de dollars US.

En juin 2007, Salman Rushdie est anobli et titré chevalier par la reine d'Angleterre. Cette distinction provoque la colère du Pakistan. Une résolution est votée par le parlement pakistanais exigeant le retrait de ce titre. Le ministre des Affaires étrangères, Ijaz Ul-Haq, estime que cette décoration pourrait justifier des attentats-suicide. Ces protestations officielles sont accompagnées de manifestations au Pakistan où des effigies de la reine Élisabeth II et de Salman Rushdie sont brûlées. L'Iran condamne également cette distinction et des voix politiques et religieuses rappellent que la fatwa contre l'écrivain est toujours en vigueur. D'autres réactions ont eu lieu en Égypte, en Malaisie, en Afghanistan et en Inde.

Réactions

L'attaque contre la liberté de l'artiste d'une part, et contre la liberté d'expression d'autre part, suscitent une émotion considérable dans le monde, dans les pays laïcs en particulier, et nombre de personnalités et d'auteurs, tels que Milan Kundera, prennent la défense de l'écrivain et du libre-penseur.

International Gorillay

En 1990, peu après la parution des Versets sataniques, sort un film pakistanais intitulé International Gorillay, dans lequel Rushdie est dépeint comme un comploteur désireux de causer la chute du Pakistan en ouvrant une chaîne de casinos et de boîtes de nuit dans le pays. Le film obtient une certaine popularité auprès des spectateurs pakistanais, et il « présente Rushdie comme une sorte de Rambo poursuivi par quatre guerilleros pakistanais ».

La British Board of Film Classification refuse de délivrer au film un certificat, entraînant de fait son interdiction en Grande-Bretagne. Cependant, deux mois plus tard, Rushdie écrit lui-même à l'organisme, déclarant que bien qu'il pense que le film soit « une bêtise incompétente et fausse », il ne porterait pas plainte si celui-ci sortait. Il dira par la suite que « si le film avait été interdit, il serait devenu la dernière vidéo à la mode en ville : tout le monde l'aurait vu. » Bien que le film ait été un succès au Pakistan, il passe inaperçu en Occident. Rushdie déclare qu'une partie du film est réellement comique, celle où son personnage torture un combattant pakistanais en lui lisant des extraits des Versets sataniques.

Œuvre

Romans

  • (en) Grimus, 1975, science-fiction
  • Les Enfants de minuit ((en) Midnight's Children, 1981)
  • La Honte ((en) Shame, 1983)
  • Les Versets sataniques ((en) The Satanic Verses, 1988)
  • Le Dernier Soupir du Maure ((en) The Moor's Last Sigh, 1995)
  • La Terre sous ses pieds, Plon, 1999 ((en) The Ground Beneath Her Feet, 1999)
  • Furie ((en) Fury, 2001)
  • Shalimar le Clown ((en) Shalimar the Clown, 2005)
  • L'Enchanteresse de Florence, Plon ((en) The Enchantress of Florence, 2008)
  • Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits, Actes Sud, 2016 ((en) Two Years Eight Months and Twenty-Eight Nights, 2015)
  • La Maison Golden, Actes Sud, 2018 ((en) The Golden House, Random House, 2017) (ISBN 978-2-330-10891-5)
  • (en) Quichotte, Random House, 2019

Recueil de nouvelles

  • (en) The Prophet's Hair, 1981, nouvelle
  • Est, Ouest ((en) East, West, 1994)

Essais

  • Le Sourire du Jaguar ((en) The Jaguar Smile: A Nicaraguan Journey, 1987)
  • Patries imaginaires ((en) Imaginary Homelands: Essays and Criticism, 1981-1991, 1992)
  • Franchissez la ligne ((en) Step Across This Line: Collected Nonfiction 1992-2002, 2002)

Autobiographie

  • Joseph Anton, Plon ((en) Joseph Anton, 2012) (ISBN 2-259-21485-1)

Littérature d'enfance et de jeunesse

  • Haroun et la mer des Histoires ((en) Haroun and the Sea of Stories, 1991)
  • Lukas et le feu de la vie, Plon ((en) Luka and the Fire of Life, 2010)

Analyse de l'œuvre

Rushdie est très influencé par la littérature moderne. Les Enfants de minuit emprunte des thèmes du roman Le Tambour de Günter Grass, dont Rushdie déclare qu'il a inspiré sa volonté de devenir écrivain. Le roman Les Versets sataniques est aussi clairement influencé par le roman classique russe Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov.

L'Inde et le Pakistan sont les thèmes respectivement des Enfants de minuit et de La Honte. Dans ses œuvres suivantes, Rushdie s'est tourné vers le monde occidental avec Le Dernier Soupir du Maure (The Moor's Last Sigh), explorant les liens culturels et commerciaux entre l'Inde et la péninsule Ibérique, et La Terre sous ses pieds (en) (The Ground Beneath Her Feet), œuvre dans laquelle est décrite l'influence du rock 'n' roll américain sur l'Inde.

Filmographie

En tant qu'acteur

  • Le Journal de Bridget Jones de Sharon Maguire (2001) : Hugh Grant et Renée Zellweger lui demandent la direction des toilettes.
  • Peter's Friends de Kenneth Branagh (1992) : il signe une copie de son roman controversé, Les Versets sataniques ; très brève, cette apparition peut passer inaperçue.
  • Une histoire de famille de Helen Hunt (2008) : le docteur Masani.
  • Curb your enthousiasm, (Saison 9, épisode 3)

En tant que scénariste

  • 1993 : Jackanory, série TV
  • 2012 : Der goldene Zweig de Matthias Zucker, court-métrage
  • 2012 : Midnight's Children de Deepa Mehta Prix du meilleur scénario aux prix Écrans canadiens de 2013.

En tant que producteur

  • 2012 : Midnight's Children de Deepa Mehta

Distinctions

Salman Rushdie a reçu de nombreuses distinctions dont le prix littéraire de l'Union européenne.

Prix

  • 1981 : Prix James Tait Black
  • 1981 : Prix Booker pour Les Enfants de minuit
  • 1985 : Prix du Meilleur Livre étranger pour La Honte
  • 1988 : Prix Costa pour Les Versets sataniques
  • 1992 : Tucholskypriset (sv)
  • 1992 : Prix de l'État autrichien pour la littérature européenne
  • 1992 : Prix Mythopoeic pour Haroun et la mer des histoires (en)
  • 1995 : Prix Costa pour Le Dernier Soupir du Maure
  • 1996 : British Book Awards (en) dans la catégorie Auteur britannique de l'année
  • 1996 : Prix Aristeion (en) dans la catégorie Prix littéraire européen
  • 2005 : Vodafone Crossword Book Award pour Shalimar le Clown
  • 2007 : Cultural Humanism Award de l'Université Harvard
  • 2008 : Prix The Best of the Booker (en) (Prix du meilleur Booker Prize)
  • 2008 : James Joyce Award (en)
  • 2009 : St. Louis Literary Award (en)
  • 2009 : National Arts Awards (en) pour sa grande contribution dans le domain des Arts
  • 2010 : Common Wealth Award of Distinguished Service (en) dans la catégorie littérature
  • 2010 : Golden PEN Award (en)
  • 2014 : PEN Pinter Prize (en)
  • 2014 : Hans Christian Andersen Literature Award (en)
  • 2015 : Médaille d'or du Círculo de Bellas Artes (es)
  • 2015 : Prix Norman Mailer (en)

Nominations

  • 1997 : Prix James Tiptree, Jr. pour The Firebird's Nest dans The New Yorker
  • 2005 : Prix Costa pour Shalimar le Clown
  • 2007 : International IMPAC Dublin Literary Award pour Shalimar le Clown

Honneurs

  • Docteur honoris causa de l'université de Liège le
  • Docteur honoris causa de l'Université Chapman
  • Professeur honoraire au Massachusetts Institute of Technology
  • Knight Bachelor, anobli par la reine Élisabeth II le
  • Membre de la Royal Society of Literature
  • Président du PEN American Center

Décorations

  • Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres. Il est fait commandeur le .

Notes et références

Annexes

Bibliographie

  • Raphaël Aubert, L'Affaire Rushdie : islam, identité et monde moderne, Paris, Le Cerf, coll. « Bref » (no 31), , 1re éd., 122 p. (ISBN 2-204-04193-9 et 978-2-204-04193-5, OCLC 23212754, notice BnF no FRBNF36642081)
  • Damian Grant, Salman Rushdie romancier, traduit de l’anglais par Madeleine Descargues, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2014, 221 p. (ISBN 978-2 7574-0793-6)
  • Bernard-Henri Lévy, Avec Salman Rushdie : questions de principe six, Paris, Librairie générale française, coll. « Livre de Poche / Biblio essais » (no 4268), , 117 p. (ISBN 2-253-94268-5 et 978-2-253-94268-9, OCLC 421800619, notice BnF no FRBNF37039365)
  • Myriam Louviot, Poétique de l'hybridité dans les littératures postcoloniales, Université de Strasbourg, 2009, 3 vol., 948 p. (thèse de Littérature comparée : nombreuses références + bibliographie p. 930-932)
  • Catherine Pesso-Miquel, Salman Rushdie : l’écriture transportée, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Couleurs Anglaises », 173 p. (ISBN 978-2867814303)
  • Marc Porée et Alexis Massery, Salman Rushdie, Paris, Seuil, coll. « Contemporains » (no 20), , 221 p. (ISBN 2-02-021517-9 et 978-2-02-021517-6, OCLC 214990570, notice BnF no FRBNF35844690)

Articles connexes

  • Postmodernisme
  • Études postcoloniales

Liens externes

  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes : Brockhaus Enzyklopädie • Enciclopedia italiana • Enciclopédia Itaú Cultural • Encyclopædia Britannica • Encyclopædia Universalis • Encyclopédie Treccani • Gran Enciclopèdia Catalana • L'Encyclopédie canadienne • Swedish Nationalencyklopedin • Munzinger Archiv
  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Allociné
    • Ciné-Ressources
    • Unifrance
    • (en) AllMovie
    • (en) British Film Institute
    • (en) Internet Movie Database
    • (en) Metacritic
    • (en) Rotten Tomatoes
  • Ressources relatives à la littérature :
    • NooSFere
    • (en) British Council
    • (en) The Encyclopedia of Science Fiction
    • (en) Internet Speculative Fiction Database
    • (de) Kritisches Lexikon zur fremdsprachigen Gegenwartsliteratur
    • (en) London Review of Books
    • (en) The Paris Review
  • Site officiel
  • Dossier vidéo consacré à la fatwa à laquelle il fut condamné, sur le site de l'Institut national de l'audiovisuel (INA)
  • Site de l'université de Liège
  • Portail de la littérature britannique
  • Portail de la littérature d'enfance et de jeunesse
  • Portail de la fantasy et du fantastique

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Salman Rushdie de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Termes associés

Fiction anglaiseRoman

livres

Afficher "La Maison Golden"Afficher "Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits"Afficher "Les Versets sataniques"Afficher "Furie"